Cher journal,

 lundi, retour au lycée. Ca va je suis pas si dégoûtée que ça, c'est juste que c'est travailler qui m'agace. J'ai 10 sujets d'hstoire en anglais à apprendre pour la semaine prochaine et 6 autres sur le système scolaire anglais. Bref, sur les 16 sujets, j'en ai préparé un seul.J'ai un exposé d'espagnol à terminer et je dois aussi travailler une marche extraite de Casse-Noisette et une gamme. J'ai pas envie de me mettre au travail. regarder des séries tous les jours, manger et dormir ça m'allait, moi. Mais bon, les bonnes choses ont une fin comme on dit, hein.

Jeudi on avait préparé une fête surprise pour les 16 ans d'une amie, c'était top. aujourd'hui je vais continuer mon anglais, mais avant je vais au cinéma, voir Bob l'éponge, haha. J'espère qu'on sera au calme dans la salle et que les gens y auront un minimum d'éducation et de respect.

Demain, j'étais censée aller à la fête d'une amie, mais franchement, j'ai la flemme... Je prétendrai juste que je vomis toutes les 20 minutes à cause d'une intoxication alimentaire et que je ne peux pas venir. J'ai du boulot et je vais arriver en cours le lendemain avec des cernes encore plus violettes que d'habitude. Je lui achèterai un petit truc que je lui donnerai lundi matin pour lui faire croire que j'avais prévu de venir. En plus samedi à 14 heures j'ai une répétition débile, et je suis obligée d'y aller...

En écrivant ça j'ai l'impression d'être une mauvaise personne parce que je viens pas à l'anniversaire d'une amie proche par pure flemme!! En plus je prends les gens de haut, je rejète les gens quand j'en veux plus. Je pense à un ami à qui j'avais promis une sortie en ville mais à qui j'ai menti parce qu'il a changé, il a tourné en mode clope et thug life, c'est plus le gentil garçon que j'ai connu au collège. Il traîne avec des gens qui l'ont fait changé, et je veux plus de lui alors qu'il s'accroche à l'idée de rester mon ami, mais je veux plus de ça. Les gens m'aiment pas tant que ça, un gars s'était amusé à prendre ma place d'étude et à se foutre de ma gueule. J'ai abandonné ma place quand des gens ont commencé à arriver et je suis partie en pleurs vers mes amies. Mon mascara coulait et on a dû me l'essuyer parce que j'étais trop humiliée pour le faire. Les gens populaires sont comme ça. Je suis pas populaire, je suis comme ça. J'ai des tendances dépressives depuis la quatrième, quand j'ai changé de collège. Ou alors c'est grandir qui déprime. J'ai toujours rêvé d'avoir 16-17 ans, pour avoir la même vie que ce que je voyais à la télé, mais en fait, c'est complètement l'inverse.

Bien à toi.